ALICE GRAND PRIX DE FRANCE 2008

ALICE GRAND PRIX DE FRANCE 2008
01 Janvier 2008

Un Grand Prix de France tout en émotion
Une victoire française au Alice Grand Prix de France, après 26 ans d’attente

On ne pouvait pas rêver meilleur scénario pour le Alice Grand Prix de France 2008. Mike Di Meglio, très à l’aise depuis le début de la saison au guidon de sa Derbi 125cc, a réussi une course exceptionnelle ce dimanche 18 mai.
Parti à la 5e place sur la grille de départ, il reprit cette même position au second départ suite au drapeau rouge survenu lors du 15e tour.
Une nouvelle course de cinq tours intenses qui ont permis à Mike d’exprimer tout son potentiel sur piste mouillée et de remonter les pilotes de tête un à un.
D’un point de vue personnel, le jeune toulousain attendait cette victoire depuis son dernier trophée soulevé lors du Grand Prix de Turquie en octobre
2005. Une victoire qu’il a d’autant pu savourer devant près de 75 000 spectateurs tout acquis à sa cause et qui hurlaient de joie à chaque passage.
Une belle récompense pour Mike après 2 saisons délicates et un grand moment de bonheur avec cette victoire française qui sera saluée prochainement par le Président de la République en personne.


En catégorie MotoGP, la course s’annonçait plus qu’ouverte avec la victoire de quatre pilotes différents lors des quatre premiers Grands Prix de la saison.
Dani Pedrosa, en tête du Championnat avant le Alice Grand Prix de France avait signé sa 10e pole position samedi après-midi devançant Colin Edwards et Casey Stoner.
Dimanche, la bataille dura 6 tours avant que Valentino Rossi ne réussisse à s’emparer de la tête de la course, sans laisser une quelconque possibilité à ses poursuivants de le rejoindre. Une 90e victoire à son riche palmarès qui lui permet de devenir le 2e pilote le plus titré de l’histoire avec Angel Nieto, avec qui il partagea son tour d’honneur.


Un nouveau titre pour Phil Read
La course à l’honneur de Jack Findlay samedi soir, quelque peu perturbée par la pluie, a vu la victoire de Phil Read, multiple champions du monde des années 60/70 et toujours fervent de courses anciennes.
Il a devancé son compatriote Tony Smith et le français Eric Lesaux.
Un bel hommage à Jack Findlay dont la femme Dominique et le fils Greggory ont remis les trophées aux trois finalistes.